René Kälin: "Avec mon handicap, on ne me considère pas comme un membre à part entière de la société"

René Kälin.

AA

En situation d'infirmité motrice cérébrale due à une hypoxie périnatale, il vit à Zurich, est membre du comité de l'Association Cerebral Zurich et de l'Association Cerebral Suisse. Il est en fauteuil roulant et a besoin d'assistance. Il possède sa propre entreprise et travaille en tant que spécialiste informatique.

"Les barrières sont avant tout de nature sociétale. Avec mon handicap, on ne me considère pas comme un membre à part entière de la société et on juge mon intelligence en fonction de mon défaut d'élocution et de ma posture. Si la société a bien compris que l'on doit intégrer ou inclure les personnes en situation de handicap, bien souvent encore on préfère créer une catégorie des personnes en situation de handicap et des solutions spéciales. Un exemple tiré des transports en commun : oui, il y a des compartiments adaptés aux fauteuils roulants mais l'accès à toutes les offres du train n'est pas possible de la même façon pour tout le monde (accès 1ère ou 2e classe, voiture-restaurant, espace famille, espace silence, etc.). Ce qui importe c'est que " l'handicapé " puisse voyager aussi, et on en oublie tout le reste."

Plan du site